fluthier

Just another WordPress.com site

Archives mensuelles de “novembre, 2010”

Carlos Malta

Roda de Choro no Auditório Ibirapuera
Participações especiais:
Carlos Malta (pife) & Ricardo Herz (violino)

O Canto da Ema
(A. Viana – A. Cavalcanti – J. do Vale)

Publicités

Caracteristiques des bambous

Le bambou fait partie de la famille des poacées  appelée plus communément <graminées>. Plante à feuilles persitantes et pourtant  au printemps lorsque les nouvelles apparaissent, la plupart des anciennes se détachent même celles restées vertes en hiver. C’est un renouvellement naturel.

Le bambou a une autre caractéristique: le diamètre de la jeune pousse (turion) est celle de la tige adulte. Ils ne développent pas l’épaisseur de leurs tiges comme un arbre ou un arbuste, mais développent le nombre de tiges.

Le bambou comprend:

– un rhizome (tige souterraine)

– une tige ou chaume (partie aérienne) qui comprend des noeuds et entrenoeuds en fonction de la variétés, ceci afin de stabiliser la tige ou le chaume.

– des branches ou rameaux qui poussent sur la tige (chaume) une fois sa croissance terminée

– des feuilles portées par les branches, jamais par la tige principale (chaume)

Vocabulaire:

chaume = tige principale

traçant : se dit de rhizomes qui courent rapidement sous terre et émettent des chaumes de plus en plus loin de la souche

cespiteux : se dit rhizomes qui émettent de nouveaux chaumes exclusivement prés de la souche serré

turion = jeune pousse sortant de terre sans branches ni feuille

pousse : 1er stade de développement d’un bourgeon avant qu’il ne donne un turion

gaine : enveloppe végétale qui protège la jeune tige (turion) pendant toutes sa croissance

entrenoeud : partie du chaume ou de la branche entre deux noeuds

Le rhizome :

Deux types de rhizomes pour types de bambous.

Le bambou cespiteux, qui pousse donc en touffe serré, a un rhizome (appelé pachymorphe) court et épais

Le bambou traçant a rhizome (appelé leptomorphe) long et mince

Flûtes des mornes

Flûtes en bambou : E, Eb, D grave

Eugène Mona au Zipp’s « I bon »

Eugène MONA
Musicien (MARTINIQUE)

Né au Vauclin, au sud de la Martinique, Eugène MONA apprend la musique auprès de son père accordéoniste, tout en s’initiant au chant et à la danse.
Révélé en 1968 lors d’un concours de chanson créole, MONA s’engage, dès le début de sa carrière, sur le chemin de la musique traditionnelle, héritée des campagnes martiniquaises, en 1973, son premier album BWA BRILÉ, rencontre un grand succès auprès des médias et du public.
Son succès grandira au fil des ans auprès d’un public multi-générationnel qui reconnaissait en MONA le digne successeur de tous les piliers de la musique traditionnelle martiniquaise : Ti-Emile, Vava, Didi, auprès desquels il avait beaucoup appris. C’est auprès de Max CILLA, qui perfectionne son maniement de la flûte.

Maître Ze do pife

Maître Ze do Pife
Que dire de plus…. incroyablement três forts
Joe PIFE, instrumentiste, chanteur, auteur pífano2, poète et compositeur, un artiste actif dans la ville de Brasilia, Au Brésil.

Bambusa multiplex “Alphonse Karr”

Bambusa multiplex ‘Alphonse Karr’

Famille :Graminées
Bambusa multiplex ‘Alphonse Karr’ est un petit bambou aux chaumes droits formant des touffes évasées, bien mis en valeur en pot à l’intérieur comme à l’extérieur pourvu qu’il est son quota de soleil. Alphonse Karr était un journaliste et humoriste français, passionné d’horticulture. C’est pour lui rendre hommage que ce Bambusa a reçu son nom. Et quel hommage ! Ave (…)

Hariprasad Chaurasia & Co

Pandit Hariprasad Chaurasia
Joueur de flûte traditionnelle indienne et compositeur
Hariprasad Chaurasia est né en 1938 à Allahabad une ville située dans le nord-est de l’Inde. Contrairement à beaucoup de virtuoses indiens, il n’est pas né dans une famille musicienne. Son père lutteur voulait lui faire épouser le même métier que lui. Il a donc appris en cachette à l’âge de 15 ans le chant pour finalement se diriger vers la flûte traditionnelle le Banburî après avoir écouté un récital de Pandit Bholanath, qui deviendra son maître. Tout en continuant d’être l’élève de grands musiciens, il joue quatre ans plus tard pour All India Radio d’abord à Orissa pour finalement, de par sa notoriété, aller à Bombay. Grâce à un style à la fois traditionnel et novateur, Pandit Hariprasad Chaurasia devient un musicien classique parmi les plus respectés en Inde mais aussi dans le monde entier. Il a notamment reçu le prix Padma Vibhushan, le deuxième plus grand honneur civil indien en 2000 mais aussi beaucoup d’autres récompenses indiennes comme étrangères. Il accède au rang d’officier de l’ordre d’Orange-Nassau peu de temps après la sortie de sa biographie par Shri Surjit Singh en juillet 2008 et est fait Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres à 71 ans . Il a été pendant près de quinze ans le directeur artistique du département musique indienne de Rotterdam et est aujourd’hui à la tête du département « Musique du monde » où il continue d’enseigner et de former de jeunes musiciens. Avec plus d’une centaine d’albums à son actif ainsi que de nombreuses musiques bollywoodiennes, Pandit Hariprasad Chaurasia est en 2010 l’un des musiciens traditionnels les plus demandés au monde.
Site officiel

bambou tropical noir

bambou tropical noir

Gigantochloa atroviolacea

Gigantochloa atroviolacea est un bambou géant qui atteint une taille de 12 m de hauteur et des chaumes de diamètre de 8 cm. Il est utiliser pour ses chaumes noirs profonds qui sont employés pour faire des meubles et des instruments musicaux. Les nouveaux chaumes tournent en noir dans un délai d’un an, montrant des raies verticales vertes irrégulières. La température minimum est de -4 C.

Navigation des articles

%d blogueurs aiment cette page :