fluthier

Just another WordPress.com site

nocturne foire de paris 2008- dédé st Prix

Dédé. A 7 ans, il pratique la mizik bonm en tapant sur des instruments de récupération. Les borates en fer blanc ayant contenu du beurre ou du lait (bonm-bè ou bien boom lèt’) ainsi que sa voix résonnaient sur des rythmes du damier, de la haute taille et du chouval bwa

A la fin des années 70 (il est alors instituteur), il décide de réhabiliter ce dernier en tant que patrimoine musical pour fendre corps et âme à l’identité martiniquaise qui, accablée d’inhibition culturelle, préfère notamment donner la primeur au gwo ka guadeloupéen. Il forme le groupe Pakatak (de l’onomatopée du langage du ti bwa, tak… pitak..pakatak !) comme le veut la tradition : la flûte en bambou (toutoun’ banbou), le gros tambour (le dé bonda, formé de 2 peaux frappées par 2 baguettes, tambour souvent remplacé par celui à l peau) et d’autres percussions comme le cha-cha… (bombe cylindrique dans laquelle on met des graines de réglis’ ou de toloman).

Publicités

Navigation dans un article

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :